19 novembre 2016

Les algorithmes veulent-ils notre peau ?

Salut à tous,  

Femina-46-Dossier-Algorithmes-Accroche

Je suis à lire un intéressant roman intitulé Zero (*),  futuriste à souhait et basé sur les algorithmes, de plus en plus présents dans nos vies, et bien entendu, davantage dans ce roman !

Du site Femina : 

¨ Ils fascinent, ils séduisent, ils inquiètent. Les algorithmes n’ont jamais été aussi présents dans nos vies, au point, parfois, de les gouverner. Sommes-nous encore libres de nos choix ?

Des bouquets de fleurs par dizaines, une robe de princesse, le tout dans  un décor de séquoias centenaires aussi hauts que des cathédrales. Le 7 mai 2016, Jennifer Alden et Kirk Spahn se sont dit oui dans un parc privé californien, une année seulement après leur première rencontre. La scène pourrait être délicieusement cliché si l’événement à l’origine de  cette union n’avait pas été aussi insolite, comme le raconte un article  du «New York Times». Car les deux tourtereaux américains ne se sont pas  connus chez des amis (à l’instar d’une majorité de couples, dixit les statistiques), ils ne sont pas tombés amoureux au premier regard entre deux toasts au tarama: si Jennifer et Kirk vivaient ce printemps le plus  beau jour de leur vie, c’est parce qu’un robot l’a décidé.

Début 2015, la future mariée a en effet flashé sur ce brun ténébreux dans la section «Personnes que vous connaissez peut-être», sur Facebook.  Une liste de gens que le réseau social suggère comme potentiels amis à ajouter. Facile de penser à un heureux hasard. Sauf que la réalité est plus complexe: ces personnes, qui ont elles aussi un compte sur le réseau social, sont soigneusement sélectionnées selon d’innombrables paramètres par un algorithme, autrement dit un programme informatique. Les puissantes machines de Facebook sont donc bien à l’origine de ce crush 2.0…

Eros ex machina !
   De savantes suites de chiffres et de lettres qui forcent le destin. Voire qui le créent de toutes pièces… L’histoire semble écrite pour un ¨blockbuster¨ hollywoodien de science-fiction, elle est pourtant devenue aussi banale qu’un clic de souris. «Dès que nous utilisons internet, un outil numérique ou simplement un appareil automatisé, nous interagissons  directement avec des systèmes algorithmiques», éclaire Anna Jobin, sociologue à l’Université de Lausanne (UNIL). «Et il y en a de plus en plus dans notre vie quotidienne.»

Une info filtrée, orientée... !
   Et c’est là que réside le problème: à trop vouloir nous aider dans la jungle numérique, les algorithmes se sont mis à choisir un peu à notre place. Alors que nous, utilisateurs, ne leur avons rien demandé de tel. Dans le cas de Jennifer et Kirk, les conséquences s’avèrent au final plus que positives. Mais quand les robots calculateurs du web ne nous entraînent pas au pied de l’autel, où nous emmènent-ils? «Ils nous orientent. Ils sont optimisés pour notre profil numérique et risquent donc de nous enfermer dans une bulle», avance Anna Jobin. Ainsi, sur Netflix, les trois quarts des vidéos visionnées par les internautes le sont suite à la proposition de leur algorithme de recommandation¨...   ( Voir l`article au complet ) 

* ( Marc Elsberg ), 2014, Édit. Piranha )

http://www.femina.ch/societe/news-societe/algorithmes-veulent-ils-notre-peau-robot-reseau-social

Pégé

Posté par arvida2015 à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 octobre 2015

Le "cauchemar numérique" hante les hôpitaux !

Salut à tous,   

11951940_1032797620085505_1174019502035718623_n

Du site Le Monde.fr / Planète :

   Voilà un commentaire intéressant et d'actualité, et qui touche l'ensemble des populations lorsque vient le besoin d'obtenir des services de nos hôpitaux :

   ¨Des chirurgiens qui téléphonent pendant leurs interventions. Des anesthésistes qui utilisent l'ordinateur du bloc opératoire pour faire du shopping sur Internet. Des infirmières et des médecins qui envoient des textos en surveillant une circulation extracorporelle ou même une intubation... A l'hôpital comme ailleurs, les smartphones, ordinateurs et autres tablettes tactiles font désormais partie du paysage. Mais leur usage compulsif dans des endroits aussi sensibles que les salles d'opération ou les unités de soins intensifs inquiète les spécialistes.

   "Aussi grotesque que cela puisse paraître, le cauchemar numérique est de plus en plus une réalité dans les hôpitaux à travers le pays et le monde entier, écrit ainsi le docteur Peter Papadakos, anesthésiste à l'université de Rochester (Etats-Unis) dans une lettre parue, en novembre, dans le mensuel Anesthesiology News. Malheureusement, nous n'avons pratiquement aucune donnée concernant les conséquences de cette distraction électronique sur la productivité des professionnels de santé et leur zèle lors de tâches répétitives."

  Dans les années 1970-1980, raconte-t-il, les soignants étaient peu distraits de leurs tâches et se focalisaient sur leurs patients, collectant directement les informations les concernant. Aujourd'hui, des ordinateurs s'interposent en permanence entre eux. L'informatisation des dossiers médicaux peut apparaître comme un progrès, mais ce n'est pas parce qu'un professionnel de santé scrute un écran qu'il est en train de travailler, relève le docteur Papadakos. Et de citer une enquête menée dans des blocs opératoires à Nashville, récemment présentée au congrès de la Société américaine des anesthésistes. Plus de la moitié des infirmières et médecins anesthésistes, même s'ils se savent observés, sont ponctuellement absorbés dans des tâches qui n'ont rien à voir avec la surveillance de leurs malades, la plus populaire étant la navigation sur Internet¨... (Lire l`article au complet)

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/12/30/le-cauchemar-numerique-hante-les-hopitaux_1624153_3244.html

Pégé

 

Posté par arvida2015 à 01:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,