19 décembre 2018

Si Linux a de la peine à s'imposer sur l`ordinateur de bureau...

Salut à tous,

Du site Développez.com : c'est à cause de la fragmentation de l'écosystème !  

DZZqH0NX4AYYAbq   ¨  Linux pointe à la 3e place du classement NetMarketShare (variations de décembre 2017 à novembre 2018) des OS de bureau avec 2,03 % des parts de marché, ce, derrière Windows qui mobilise 87,92 % et Mac OS avec ses 9,46 %. Le système d’exploitation open source créé par l’informaticien finlandais Linus Torvalds a frôlé la barre des 5 % en septembre 2017, mais c’était par erreur ; à la réalité, il a rarement dépassé les 3 %. Dans la filière desktop, c’est l’OS de la firme de Redmond qui continue de faire la loi.

Au sens strict, Linux c’est son noyau, c’est-à-dire cette partie de l’OS qui gère les ressources de l’ordinateur et sert de pont de communication entre les différents composants (matériels et logiciels) ; c’est la partie invisible du système d’exploitation. Au sens large, parler de Linux c’est faire référence à tout système d’exploitation qui s’appuie sur ledit noyau ; c’est l’un des aspects qui fait la particularité de cet OS puisque l’utilisateur peut piquer parmi 319 déclinaisons ou distributions si l’on s’en tient à la liste des ¨LiveCD. Pour monsieur Tout-le-Monde la panoplie de choix est déroutante. Linus lui-même avoue que c’est la raison pour laquelle le système d’exploitation peine à s’imposer dans la filière desktop.¨

Citation Envoyé par Linus Torvalds
Je souhaite que nous [la communauté] fassions plus d’efforts dans le sens d’aller vers une offre de bureau standardisée, qui tournera sur toutes les variantes du système d’exploitation. Je suis personnellement très embêté de voir à quel point ce degré de fragmentation a freiné Linux sur le desktop.
En 2013, Miguel Icaza – l’un des pionniers de l’écosystème Linux avec ses travaux sur le bureau GNOME – s’est appuyé sur un argumentaire similaire pour justifier l’abandon de Linux au profit de Mac. « Pour moi, la fragmentation de Linux en tant que plateforme, la multiplicité de distributions incompatibles et les incompatibilités entre versions de la même distribution font que Linux est comparable à la catastrophe de Chernobyl sur le desktop », avait-il lancé.

Lors d’une conférence Google I/O qui s’est tenue à mi-parcours de cette année, la firme de Mountain View a annoncé qu’elle travaille à la prise en charge native d’applications Linux sur Chrome OS – son système d’exploitation pour les Chromebooks. Avec la sortie de la version 69 de cet OS, l’entreprise a atteint le bout du tunnel et donne aux utilisateurs la possibilité de lancer des programmes Linux en plus de ceux disponibles sur Android ou sur le cloud. Jusque là, il fallait faire usage de l’extension Crouton pour le navigateur Chrome pour exécuter une application Linux sur le système d’exploitation de la firme de Mountain View.

D’après Linus Torvalds, Chrome OS pourrait bien être la « voie de Linux vers le desktop », mais la projection du créateur de Linux semble relever de l’utopie quand on sait que Chrome OS n’en est qu’à 0,31 % de parts sur ce marché.
Que pensez-vous de la remarque de Linus Torvalds ?

* Le succès de Linux sur le desktop peut-il passer par Google et Chrome OS ?
* Linux a-t-il vocation à être un système d’exploitation grand public ?
* Si oui, quelles sont les distributions qui ont les meilleures notes de la classe ?¨...

https://www.developpez.com/actu/237125

https://livecdlist.com/

Pégé

Posté par arvida2015 à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12 novembre 2018

LINUX et son avenir face à la SiliconValley ?

Salut à tous,

Du site Le Monde.fr : Comment Linux est devenu un enjeu stratégique majeur pour la Silicon Valley.

   ¨ L’emblématique système d’exploitation libre est devenu un outil-clé de tous les grands groupes du Web, comme l’illustre le rachat de Red Hat.  

193f1b2_a5N-ROtEWFAO48r8Qh5xdqvv   Trente-quatre milliards de dollars, pour une entreprise dont le cœur de métier est de produire un logiciel téléchargeable gratuitement et sans publicité. En annonçant, ce 28 octobre, avoir racheté Red Hat, le géant du logiciel libre qui édite notamment RHEL, l’une des distributions les plus populaires du système d’exploitation Linux, IBM a réalisé la plus importante acquisition de son histoire.

   Red Hat, créée en 1993, a bâti un empire très efficace – son chiffre d’affaires a augmenté chaque trimestre depuis quinze ans. Son modèle économique est simple : un logiciel libre et gratuit, que n’importe qui peut télécharger et modifier, pour lequel la société offre des services – eux payants – de formation, de développement, de support… Avec le temps, le modèle s’est complexifié mais est toujours resté résolument centré autour du logiciel libre.

  Et c’est loin d’être la première fois qu’un géant du logiciel libre est racheté pour une somme importante. En juin, Microsoft a ainsi déboursé 7,5 milliards de dollars (6,56 milliards d’euros) pour acquérir le service d’hébergement et de gestion de projets GitHub, qui permet aux développeurs de partager et de stocker le code qu’ils créent. « C’est une manière de parier sur l’avenir », analyse Pierre-Yves Gosset, de l’association Framasoft qui promeut l’usage du logiciel libre. « La première raison [de ces acquisitions], c’est de racheter les concurrents. Mais c’est aussi [dans les entreprises et projets du logiciel libre] que se trouvent les bons développeurs, le code performant. »

Au-delà des considérations stratégiques, le rachat de Red Hat « montre la viabilité du modèle économique » du logiciel libre, juge Lionel Maurel, juriste et membre du bureau de l’association La Quadrature du Net. « Tout le monde a répété cette phrase : “Le logiciel libre a déjà gagné, mais personne le sait¨....

https://www.lemonde.fr/long-format/article/2018/11/11/comment-linux-est-devenu-un-enjeu-strategique-majeur-pour-la-silicon-valley_5382061_5345421.html

--------------------------

Et un commentaire intéressant de Tristant Nitot sur Standblog : Quel avenir pour Linux sur le poste de travail ?, suivi de nombreux et variés commentaires de lecteurs...

https://standblog.org/blog/post/2010/08/14/Quel-avenir-pour-Linux-sur-le-poste-de-travail

Pégé

Posté par arvida2015 à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 août 2018

GParted : Un outil de partitionnement de disque informatique.

Salut à tous,

Du site Distrowatch :

   ¨ Notez que le projet GParted Live est une distribution Linux minimale qui fonctionne dans un environnement de bureau léger pour fournir un accès aux outils de partitionnement de disque, en particulier le logiciel de gestion de disque GParted.

   La dernière version du projet, GParted Live 0.32.0-1, est basée sur la branche Instable de Debian et inclut des correctifs pour réduire les volumes LVM et respecter les tailles minimales du système de fichiers. L'annonce de sortie dit : "Cette version inclut GParted 0.32.0, les paquets mis à jour et d'autres améliorations.

   Les éléments à noter sont les suivants : Inclut GParted 0.32.0 qui ajoute les améliorations suivantes : Mettre en œuvre l'ouverture et la fermeture des mappings LUKS. Correction de l'impossibilité de réduire la partition LVM à cause de l'invite pvresize. Reconnaître les signatures GRUB2 core.img supplémentaires. Honour resize2fs taille minimum FS tailles minimum. Basé sur le dépôt Debian Sid (à partir de 2018/août/23). Noyau Linux mis à jour en 4.17.17.17-1¨.

Pégé

 
Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Posté par arvida2015 à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,